Wild Ultra!

#364

Dieu du Ciel!

Wild Ultra! - Dieu du Ciel!
 
IPA de fermentation mixte

6%

Notre version sauvage de l’Ultra Mosaika! Ici, les notes de résine et de mandarine se conjuguent avec les multiples souches de levures et de bactéries lactiques de type Pediococcus. D’un beau voile doré, d’intenses arômes fruités se dégagent au nez. Le vieillissement en barrique apporte complexité et profondeur en bouche. Plutôt ronde, une fine acidité vient clore le tout.

C’est un peu drôle comment mon agenda des bières à déguster se prépare. J’aime beaucoup goûter une première fois, sans mon ordi et mon appareil photo, mais ce n’est pas toujours possible (dépendant de la rareté de la bière). Dans ce cas-ci, la Wild Ultra est l’un de mes coups de cœur de l’été passé. Bien que je l’aie bue quelques fois, quand j’ai décidé de l’immortaliser sur mon site, je n’en trouvais plus nulle part… Oupssss… 😉

J’ai finalement réussi à en trouver une à mon grand enchantement. Ensuite, sans trop savoir pourquoi, j’ai fini par la laisser longtemps dans mon frigo comme si le bon moment n’arrivait jamais… Jusqu’à ce soir!

Alors place à la dégustation!

C’est à travers sa belle robe ocre et dorée et son effervescence presque sans fin, que j’ose y présenter mon nez.

On y sent des agrumes et des fruits exotiques. Un parfum terreux et sauvage y apporte aussi son lot de complexité.

En bouche, la texture est légère et pétillante. Les bulles explosent en faisant éclater plein de saveurs fruitées, terreuses et sauvages. La tangerine juteuse est maître ici. J’ai carrément l’impression de croquer dans un quartier.

Wow! Quelle délicatesse et complexité dans le goût!

Le côté acidulé est subtil mais présent (mousse au citron) et bien que la finale s’estompe rapidement, la bière est plutôt ronde et savoureuse.

Des notes boisées et de raisins blancs complètent, à merveille, l’expérience de dégustation. Tout ça sur une finale semi-âpre, semi-amère, semi-sucrée. Wow!

Une expérience aussi plaisante que cet été, bien que légèrement différente selon ma mémoire. J’ai l’impression de m’approcher du bonheur, encore une fois.

P.S. Je dois maintenant repartir à la recherche de bières parce que c’était la dernière d’une longue lignée de dégustations prévues. J’adore avoir le frigo vide… Que de plaisir à explorer de nouveau! 😉

(4.25)